Juste avant de rentrer sur scène à l’Electrobeach, et entre deux dates de sa tournée européenne, on a pu discuter avec Will Sparks, pionnier de la ‘Melbourne Bounce’ ! On le rejoint donc dans sa loge où il était accompagné de sa copine.

Salut Will ! Peux-tu te présenter à tes fans français et nous dire quand est-ce que tu as commencé à mixer et produire ?

Salut les gars, moi c’est Will Sparks, je viens de Melbourne en Australie. J’ai commencé à produire quand j’avais 16 ans et j’ai appris à mixer tout de suite après donc je dirais 17 ans.

Et tu as quel âge maintenant ?

J’ai 26 ans ! Je me fais vieux ! [Rires]

L’année dernière tu as lancé ton label ‘Vikings’, en plus de ‘Rebourne’, mais cette fois-ci dédié à la hard-music, pourquoi ce choix ?

Eh bien on recevait énormément de musiques sur ‘Rebourne’, mon autre label, du coup on a décidé de séparer la hard-music pour la mettre sur un nouveau label, ce qui a donné ‘Vikings’. Ça nous permet également de sortir plus de titres et donc de donner plus de chances aux petits producteurs de signer sur les labels.

Est-ce que tu penses que la hard-music a un bon avenir dans la musique électronique ?

Oui évidemment ! La hard c’est quelque chose qui procure de l’émotion et l’émotion ne meurt jamais, c’est un mouvement qui monte et s’ouvre de plus en plus au grand public. Et les gens aiment les gros kicks !

Quel est le titre dont tu es le plus fier ?

Peut être ‘My Time’… Ou ‘Senseless’, oh je ne sais pas ! Je dirais plus ‘Senseless’ car c’est un track où j’adore l’ambiance globale et puis il y a 3 drops différents alors on part sur celui là.

Quels sont les artistes qui t’ont fait découvrir et aimer la musique électronique ? [Mon anglais bafouille, Will n’a pas compris la question]
Désolé pour mon anglais !

Oh nan nan pas de problèmes tu es sûrement la personne qui parle le mieux anglais dans ce pays ! [Rires] J’ai étudié le français à l’école, vous avez une langue vraiment difficile mais je sais dire quelques mots : un, deux, trois, quatre, super, garage, baguette, croissant ! [Rires]

Bon du coup reprenons, quels sont les artistes qui t’ont fait découvrir et aimer la musique électronique ? [Sans fautes pour cette fois]

Hum… Je dirais Deadmau5, j’adore sa musique et puis c’est le roi !

Tu l’as déjà rencontré ?

Ouais, c’était carrément cool d’ailleurs, nan en vrai j’étais stressé… [Rires]

Quel a été ton plus beau moment sur scène ?

Alors je pense que c’était quand, dans un festival en Australie, j’ai dû jouer sur la mainstage et que je l’ai su genre 1h avant. En fait, j’étais prévu sur une petite scène du festival, et Dimitri Vegas & Like Mike étaient programmés sur la mainstage, sauf que leur avion avait du retard, et là je reçois un appel on me dit clairement : Will, tu dois jouer sur la mainstage. Et c’était la première fois que j’allais mixer devant autant de gens, il y avait je crois 20 000 personnes, et c’était dingue !

On a remarqué que tu retirais souvent ton t-shirt sur scène, est ce que c’est dû à la chaleur ? Ou ton image sur scène a-t-elle une importance pour toi ?

La copine de Will : Il ment quand il dit que c’est parce qu’il a chaud ! [Rires]

Will : En vrai, c’est pas vraiment une question de chaleur ou d’image, c’est juste que quand je suis sur scène je vis mon set à 100%, alors bon c’est vrai qu’il m’arrive souvent d’enlever mon t-shirt, mais c’est un peu comme si j’étais un animal sauvage ! Je me sens dans mon élément.

Pour finir, est-ce que tu as des collabs ou des nouveaux morceaux qui vont arriver et dont tu peux nous parler ?

Tellement, il y a tellement de choses qui vont arriver. Je travaille sur une collab avec Timmy Trumpet et W&W, il y en aura une avec New World Sound, mais ma préférée c’est celle avec Cat Dealers (qui est sortie depuis). Et puis j’ai pas mal de projets solos qui sortiront ces prochains mois également !

Très bien, merci Will !

Merci à vous à la prochaine ! « Au revoir » !

Laisser un commentaire