Fb. In. Tw.

Plus besoin de le présenter, nous étions présent pour une nouvelle édition éléctrisante d’Elektric Park !

Elektric Park est le passage obligé de la rentrée, et cette édition ne nous a pas déçus. Depuis ses débuts, ce festival a continué à charmer, attirant à chaque fois plus de participants avec une programmation toujours aussi pointue.

Situé au cœur de l’île des impressionnistes à Chatou, Elektric Park, nous offre toujours une fraîcheur inégalée. L’esprit du festival n’a pas bougée !

Rejoignez-moi pour revenir sur les moments forts et les coulisses de cet événement, et découvrez comment Elektric Park a encore réussi à nous surprendre, nous laissant impatients de sa prochaine édition !

Présentation

Crée en 2010 par Joachim Garraud, Élektric Park, anciennement connu sous le nom d’Inox Park, est un festival de musique électronique qui se déroule sur deux jours sur l’île des impressionnistes à Chatou (78). 

Devenu un rendez-vous incontournable pour les amateurs de musique électronique à la fin de l’été, offrant une dernière chance de profiter des performances des grands noms de la scène électronique.

Cette année encore, la programmation restait très interessante avec des artistes comme Vini vici Robin Schultz Malaa ou encore Sullivan King, ce dernier étant rarement vu en Europe.

Maintenant que les présentations sont faites, je vous embarque dans ces deux jours de festivités ! 

Le lieu

Lorsque l’on approche d’Élektric Park, avant même d’entrer sur le site du festival, ce qui nous marque immédiatement, c’est son emplacement unique : une île entière dédiée à la musique électronique. Quel cadre plus idyllique pourrait-on imaginer pour un tel événement ?

En ce qui concerne l’agencement du festival, il a su conserver une certaine constance au fil des ans. Les cinq scènes sont judicieusement réparties sur toute l’île, complétées par divers stands et zones VIP.

Un point d’honneur doit être accordé à l’espace Gold et à la scène portant le même nom. Cet espace, destiné à ceux qui ont choisi d’investir un peu plus pour leur expérience festivalière, a clairement démontré une évolution remarquable. Les organisateurs ont mis tout en œuvre pour offrir une expérience haut de gamme, et cela se voit.

La programmation

La programmation pour cette années était interessante. Bien que la seconde journée offrait un panel d’artiste plus conséquent que la première, les deux journées de festival restaient assez équilibrées et nous permettaient de voguer d’une scène à l’autre aisément et de passer d’un style à un autre sans perdre en qualité musicale. 

Elektric park reste toujours une référence dans la scène électronique pour découvrir de nouveaux artistes ou voir ceux qu’on ne voit que rarement sur l’hexagone. 

Je pense notamment à la la performance de Monsieur tout le monde qui nous a offert un show mémorable le premier jours, ainsi qu’a  Sullivan King, avec son énergie débordante, AMC avec sa drum & bass décoiffante, le b2b exclusif entre Venga et Umbree ou encore Malaa. La performance de Malaa était particulièrement remarquable, non seulement grâce à ses figurants équipés de lance-flammes (Oui de lances flammes 🔥), mais aussi grâce à ses visuels soigneusement conçus.

La musique

Passons maintenant à l’essentiel :

Avec une palette musicale allant de la House à la Hardcore, Elektric Park a de quoi faire danser chaque paire de pieds.
Bien que les grosses têtes d’affiche de cette édition étaient Robin Schulz et Malaa, il ne faut pas oublier ces talents qui ont mis le feu sur scène : 

Dblock-&-s-tefan, Vini Vici pour vous faire taper du pied, Monsieur tout le monde,  Oden & Fatzo, Boston Bun Antoine Clamaran qui ont fait résonner la vibe House, sans oublier Spag Heddy b2b Ivory pour les headbangers, ou encore modestep pour les amateurs de Classic électro et encore tant d’autres !

Un coup de chapeau est nécessaire pour la scène Drum’n’bass (pou-tchac pou-tchac), magnifiquement représentée par des artistes comme A.M.C. 

Et n’oublions surtout pas nos pépites françaises, Venga et Umbree, qui, malgré la chaleur ont portées leur public du début à la fin et nous ont offert un b2b absolument épique !

Comme à son habitude désormais, la Yellow a accueilli une mixité musicale impressionnante, on pouvait y croiser les aficionados de musiques alternatives se mêler aux fans de morceaux plus mainstream. 

La Blue, quant à elle, a tenu bon face aux headbangers. Si tu étais là, tu sais de quoi je parle !

Mais on doit l’avouer, le pic des deux jour fut assurément la performance de Malaa. Il a clôturé le festival en grande pompe, offrant une mise en scène digne des plus grands événements internationaux. La scène grouillait d’énergie, entre figurants cagoulés et lances flammes (je me répète mais quand même des lances flammes), sans oublier les visuels créés spécialement pour le festival.

C’était comme un petit air de Coachella, à notre sauce Éléktric Park bien sûr ! 

Les commodités

Quand on parle festival on est obligé de penser aux food trucks et autre stands de nourriture. Heureusement, Elektric park se passe à la fin de l’été donc pas de remord à se faire plaisir en nourriture ! 

Et bien heureusement car entre toutes les effluves qui passent aux quatre coins du festival, ce n’est vraiment, mais alors vraiment pas facile d’y résister ! 

Conclusion: Une belle expérience 

En conclusion, Elektric Park est bien plus qu’un simple festival pour bon nombre d’entre nous. Au-delà du lien qu’on à avec cet événement, sa renommée et son influence sur la scène musicale électronique sont indéniables.

Depuis sa création, il s’est non seulement imposé comme une référence majeure dans le domaine, mais il a aussi constamment repoussé les limites de ce que l’on peut attendre d’un festival de musique électronique en région parisienne. Chaque année, sans faute, Elektric Park nous offre une plongée dans un univers musical riche et diversifié.

Le choix d’étendre le festival sur deux jours, vendredi et samedi, s’est révélé judicieux. Même si, effectivement, l’affluence du vendredi semble légèrement en retrait par rapport au samedi, cela offre une dynamique intéressante. Le vendredi, les festivaliers peuvent profiter d’une ambiance plus intime, prendre le temps de découvrir des talents émergents ou simplement se préparer à l’effervescence du samedi.

Au final, alors que les échos de la musique s’estompent et que les lumières du festival s’éteignent, une certitude demeure : on a hâte d’arriver à la prochaine édition !  

Prêt à danser, à célébrer et à créer une splendide nouvelle fête sur l’île des impressionnistes !

Post tags:
You don't have permission to register
felis consequat. tempus accumsan mattis et, dolor. velit, quis eget adipiscing vel,