12 juillet dernier : les Bellecour viennent de sortir de leur première Mainstage à l’Electrobeach Festival, on les retrouve en backstage afin de discuter un peu avec eux…

37368516_1894989820522740_2723643473419829248_o

Salut les gars ! Pour commencer, petite présentation pour ceux qui ne connaissent pas le projet Bellecour.

Keeld : Alors le projet Bellecour c’est Tony Romera et Keeld, parce qu’on a des projets solo à côté, et en gros c’est parti d’un délire.

Tony Romera : On faisait beaucoup de morceaux ensemble, et au final on envoie un track à Snake et il nous dit mais les gars faites un projet en duo !
[L’hélice de la casquette de Keeld se met à tourner]
J’adore en même temps l’hélice qui tourne à fond [Rires] Là y’a beaucoup d’électricité dans l’air elle tourne vraiment à fond ! [Rires] 

Rave Feed : C’est parce que tu réfléchis trop ça… [Rires] 

Tony Romera : Du coup ouais Snake nous dit pourquoi vous faites pas un projet ensemble, et on y a réfléchi et effectivement c’était intéressant donc on a créé Bellecour et on a sorti ‘Fonky Beats’ sous Confession (label de Tchami), qui était déjà fait sous Romera & Keeld en collab, et ça a très bien pris, les gens ont kiffés ! Ensuite on a continué, on a fait notre première date au Zig-Zag avec Malaa.
Keeld : Là où les gens ont pu voir qui était Bellecour parce qu’on avait laissé le mystère planer au début tu vois.
Tony Romera : Donc à ce moment là très très bonne réception des gens et ça continue, on s’éclate en studio et voilà quoi on est deux meilleurs potes !

 

Rave Feed : Et oui tiens d’ailleurs ça va faire combien de temps que vous vous connaissez ? 

Tony Romera : Ça va faire plus de 10 ans maintenant ! En fait on s’est connus au lycée, on est arrivés dans la même classe en seconde.
Keeld : On s’est mis à kiffer le son ensemble en fait.
Tony Romera : On était avec un autre pote à nous qui s’appelle Max, Maxime Fiorini spécial dédicace, et en fait un jour il nous fait “les gars vous connaissez ‘FL Studio’ ?”, nous comme des cons on connaissait ‘Virtual DJ’ tu vois. Donc un jour il nous montre FL, on commence à tâter chacun de notre côté, limite on s’envoyait pas ce qu’on faisait à l’époque ! Moi je me rappelle le premier morceau que j’ai fait, je lui envoie et je l’avais renommé en mode “Avicii – ID” avec un nom, mais je sais plus lequel c’était tu te rappelles de ça ?
Keeld : Ouais ça me parle tu voulais pas le mettre à ton nom !
Tony Romera : Voilà exactement je voulais pas le mettre à mon nom pour pas qu’il juge en mode je suis son pote et qu’il me dise vraiment ce qu’il en pense et voilà ça a commencé comme ça.
Keeld : Tout ça part d’une bande de potes en fait, on était au lycée ensemble, on écoutait du son, on écoutait des podcasts à l’époque de Sebastien Benett qu’on kiffait de ouf.
Tony Romera : Ouais on écoutait ça dans le bus pour aller au lycée tous les matins enfin c’était énorme.

C’est la première fois que vous jouez ensemble sur la Mainstage de l’Electrobeach, c’était comment ?

TR : Bah c’était de la me***, de toute façon EMF on savait très bien que ça allait pas être terrible, on préfère jouer dans des petites fêtes de quartier très clairement !

K : Ouais petite boum genre fête de la musique à St-Bonnet-de-Mure.

TR : Nan en vrai grave lourd on est, pour moi, au meilleur festival de France 100% électro et c’est énorme, toujours un plaisir.

Est ce que vous avez des collabs en cours ou de futurs morceaux signés sur de gros labels sous Bellecour qui pourraient arriver prochainement ?

K : Alors ouais, on a joué des nouveaux morceaux, mais on va pas beaucoup pouvoir t’en dire !
TR : De toute façon, tant que tout n’est pas bouclé, on annonce rien, mais y’a du lourd, du très très lourd qui arrive…

37060397_1887897941231928_8627883643127201792_o

Alors certains connaissent sûrement en partie l’anecdote, mais pourquoi le nom Bellecour ? 

K : Parce qu’on vient de Lyon, et en fait on cherchait un nom dans tous les coins de Lyon, c’est là qu’on a pensé à la place Bellecour.
RF : Donc c’est pas parce que vous veniez de ce quartier là ?
TR : Ah nan nan du tout ! Nous a la base on vient de Saint-Bonnet-De-Mure tu vois, c’est un quartier hype pour les mecs qui roulent en tracteur. [Rires]
K : Si tu veux, Saint-Bonnet-De-Mure qui joue sur la Mainstage de l’Electrobeach… [Rires] Bah ça le fait pas trop trop quoi.
TR : C’est magnifique avec toujours l’hélice de la casquette qui tourne quand il dit des conneries !
Donc ouais on a pris Bellecour parce qu’on est fiers de Lyon, on est fiers de notre ville et on voulait un truc qui pouvait passer partout.
C’est pareil pour mon label ‘Sans Merci’, on cherchait des noms français à deux mots genre ‘Rendez-vous’ ou ‘Croque-Monsieur’, j’ai failli pencher pour ‘Croque-Monsieur’ en plus ! Mais bon j’ai vu ‘Sans Merci’ et je me suis dis c’est bon, c’est ça.

Pensez-vous que le projet Bellecour puisse un jour prendre plus d’ampleur que vos projets perso ? 

K : C’est même déjà le cas !
TR : En fait je t’explique en quoi c’est le cas, sur les réseaux c’est ouf, [Tony sort son téléphone] tu vois ça c’est Spotify Artists avec nos stats, donc là je vais me mettre sur Tony Romera et je suis à 132000 auditeurs par mois. Mais si je me mets sur Bellecour, on est à 415000 auditeurs.
‘Da Vinci’ récemment qui a tout fait augmenter, ‘Fonky Beats’ qui a grave marcher, mais au delà de ça t’as toutes les playlists, on est par exemple sur la playlist officielle de Tomorrowland.
Et même Snake il nous le dit qu’il va falloir encore envoyer la sauce et qu’il va falloir qu’on bosse encore plus là dessus que sur nos projets perso.

40330230_1968290283192693_431364825625395200_o.jpg

En parlant de DJ SNAKE, vous avez signé le deuxième morceau sur son label Premiere Classe avec ‘Da Vinci’ en collab avec Aazar, quelle est l’histoire de ce track ? 

TR : C’est un freestyle total, Aazar nous a envoyé une idée, puis on a avancé dessus, ensuite on s’est retrouvés à Miami où l’on a pu bosser ensemble sur le morceau, en plus trop bon délire Aazar il est comme nous on a bien déconné. Et au final le morceau on l’envoie à Snake, en ne sachant pas que Snake allait faire un label, et là il nous dit direct “Ouais c’est grave lourd, ça vous dit de le signer sur mon label ?”
K : Nous forcément on lui a dit non. [Rires]
Non en vrai on était grave contents…
TR : Ouais le patron a parlé quoi, le morceau du coup sort et là c’est l’explosion totale, les stats se sont envolés.
C’est là qu’on a compris que ça passait au niveau au dessus, les mecs c’est les patrons, ils ont une communication de malade, on a pu parler de pleins de trucs avec Amy Thomson la manager de Snake (ex-manager d’Axwell Ingrosso et de la Swedish House Mafia entre autres), donc là on a pris une grande claque niveau professionnalisme. 

Le morceau de chacun dont vous êtes le plus fier ? Sous Bellecour ou sous vos projets perso.

TR : Ah bah pour lui c’est “Ça fait rire les oiseaux et chanter le soleil” celui là je crois que tu l’aimes bien ! [Rires]
K : Alors nan j’ai fait un remix de Claude François en 2011…
TR : Nan nan le remix de ‘We are the champions’ ! [Rires]
K : Ohlala mais oui le dossier…
TR : C’était un “Tony R & Jordan V Remix”.
RF : Ça va vraiment être une horreur à mettre à l’écrit tout ça…[Rires]
K : Bon sinon ouais réellement dont je suis le plus fier ? ‘Da Vinci’.
TR : Pareil. Parce que le projet s’est fait tellement naturellement.
K : C’était tellement dans une bonne vibe.
TR : En plus le morceau cartonne, Snake le joue dans tous ses sets, donc ouais en commun c’est ce qui nous rend le plus fier.
Moi en perso je dirais ‘Fire Inside’, dans le sens où dans ce morceau j’ai vraiment repris les bases de la French Touch, je me suis beaucoup inspiré de Daft Punk qui sont pour moi des dieux, enfin voilà j’ai essayé de faire de l’ancien tout en apportant du nouveau et le morceau a grave marché, je m’attendais pas à une aussi bonne réaction des gens. Et toi ?
K : Pour moi ‘My Money’, c’est un son que j’ai fait vraiment comme ça, ce qui me passait par la tête, puis j’ai envoyé ça à Tchami il m’a dit je te signe sur Confession. Et c’est ce qui a lancé tout le reste pour le projet Keeld.

Quels sont les artistes qui vous ont fait découvrir la musique électronique et aujourd’hui quels sont vos influences en terme de production ? 

 

TR : Alors moi je suis… Très très fan de la Compagnie Créole ! [Rires]
Non en vrai je peux peut être parler pour nous deux..
K : Non on a pas exactement les mêmes influences !
TR : Bon alors moi ma base, c’est Daft Punk / Justice / Gesafflestein.
K : Et alors moi à la base de la base ça va peut être te paraître bizarre mais quand j’ai commencé la musique c’était le Hip-Hop tu vois genre Rap US, à l’époque j’écoutais beaucoup des instrus de 50 Cents etc. [Jauz arrive juste derrière nous]
TR : Ah bah attend je te coupes je peux me permettre d’aller dire bonjour ?
K : Bon bah j’y vais aussi on revient ! […]
K : On est de retour ! Je disais donc les instrus de Hip-Hop, puis j’ai connu l’Electro avec Joachim Garraud, David Guetta tout ça et après, il y a eu un truc c’était les podcasts de Sebastien Benett comme on a dit au début, là j’ai kiffé grave et j’ai commencé à produire de l’Electro et j’en suis venu à faire ce que je fais maintenant !

Merci à vous les gars et bonne continuation !

TR : Merci à toi ! C’était bien choukar !!